Back to top

Salon, manifestations, compétitions : la rédaction d'Autodeclics.com vous fait vivre les plus grands rendez-vous automobile en live sur le web !

LE LIVE  LES REPORTAGES

Vidéo : le meilleur des 6 heures de Shanghai

via Liste des actualités du site lemanslive.com http://ift.tt/1d8KkQf

Aston Martin et Ferrari brillent en LMGTE

L’Aston Martin N°97 a fait le plein de points aux 6 Heures de Shanghai avec pole position et victoire. Les expérimentés Darren Turner et Stefan Mücke ont fait un pas de plus vers le titre mondial Pilotes GT. Grâce à la 2e place de la N°99, Aston Martin a également pris une belle option sur le titre Constructeurs. A l’arrivée, les deux Aston Martin Vantage V8 ne sont séparées que par 0s568. Elles ont coupé la ligne avec plus d’un tour d’avance sur leurs concurrentes.

Pour autant, ce ne fut pas une course facile pour la N°97 puisque la Ferrari AF Corse N°71 (Kobayashi/Vilander) a passé beaucoup de temps en tête grâce à de longs relais. Mais cet avantage n’a pas payé en fin de compte et l’Italienne a terminé à la 5e place, derrière la voiture-sœur N°51 (Bruni/Fisichella) très rapide en début de course.

Ce fut une journée assez décevante pour Porsche, même si la marque allemande monte sur le podium avec la N°91 de Bergmeister/Pilet.

Outre la victoire en « Pro », Aston Martin semblait filer vers le succès chez les « Am » avec la N°95. Nygaard/Poulsen/Thiim étaient confortablement installés en tête à mi-course, mais leur voiture s’est immobilisée sur la piste juste avant la 4e heure.

La victoire est donc revenue à la Ferrari N°81 8Star Motorsports de Potolicchio/Aguas/Rigon qui a terminé avec un tour d’avance sur la Porsche N°76 Imsa-Performance-Matmut de Narac/Vernay/Palttala.

Les problèmes de la N°95 ont également permis à l’Aston Martin N°96 (Campbell-Walter/Hall) de marquer de précieux points au championnat avec la 3e place.

Les titres LMGTE Pro et LMGTE Am se joueront lors de la dernière manche WEC 2013, mais Aston Martin et ses pilotes sont leaders des deux catégories avant les 6 Heures de Bahreïn (30 novembre).



via Liste des actualités du site lemanslive.com http://ift.tt/1aeeCkf

Victoire surprise d’Audi/Michelin à Shanghai

La 7e manche du Championnat du monde d’Endurance FIA 2013 a offert une fin de course incroyable aux 28 000 spectateurs présents sur le Circuit International de Shanghai.

A une heure et demie de l’arrivée, Toyota filait vers un doublé après avoir dominé les Audi depuis le départ. Et puis, la Toyota N°8 de tête a dû s’arrêter au stand après la rupture de la suspension avant-droite au 143e tour. Au même moment, Nicolas Lapierre (Toyota N°7) a perdu quelques secondes dans deux « frayeurs », ce qui a permis à l’Audi N°1 de remporter la course aujourd’hui.

Les deux prototypes hybrides ont passé la dernière heure pratiquement roues dans roues, mais avec des pit-stop décalés, il était bien difficile de savoir qui aurait l’avantage. A 30 minutes de l’arrivée, il ne leur restait plus aucun ravitaillement à observer : la Toyota N°7 de Wurz et l’Audi N°1 de Tréluyer étaient séparées par moins d’une seconde.

Les deux hybrides se faufilaient dans le trafic. L’expérimenté Wurz semblait bien tenir la pression et puis Benoît Tréluyer a profité d’une petite hésitation de l’Autrichien pour prendre l’avantage. L’Audi N°1 a franchi la ligne d’arrivée avec 15 secondes d’avance.

Pendant ce temps, les pilotes de l’Audi N°2 (Kristensen/McNish/Duval) étaient concentrés sur le titre mondial qui leur tendait les bras. Une récompense de plus cette saison après leur victoire aux 24 Heures du Mans.

La catégorie LMP2 a été remportée par l’Oreca-Nissan N°26 de Rusinov/Martin/Conway. Grâce au point gagné en qualifs, l’équipe G-Drive Racing est toujours en course pour le titre LMP2, alors que la Morgan-Nissan N°35, 3e derrière la voiture-sœur N°24 OAK Racing, est leader avant la dernière manche à Bahreïn.



via Liste des actualités du site lemanslive.com http://ift.tt/197qW1S

Toyota leader en Chine

La 7e manche du Championnat du monde d’Endurance FIA 2013 a démarré ce matin à 11h00 sous le soleil. Les températures devraient grimper jusqu’à 23°C aujourd’hui. Le départ s’est bien passé pour les 28 voitures en piste et la Toyota N°7 a profité de sa pole position pour prendre les commandes de la course.

Après une série de tours rapides, Nicolas Lapierre a creusé un écart de 14 secondes sur la Toyota N°8 pilotée par Davidson qui a ravi la 2e place à l’Audi N°1 au 10e tour.

En théorie, le Circuit International de Shanghai est favorable au système hybride de la Toyota et de nombreux suiveurs s’attendaient à une domination de la marque japonaise aujourd’hui. Mais peu avaient prédit un tel écart de performance avec les Audi. Alors que les pilotes de l’Audi N°1 et N°2 se plaignaient de problèmes de motricité, la meilleure des Audi R18 e-tron quattro pointait à une minute du leader après une heure de course.

Anthony Davidson (Toyota N°8) est revenu sur son équipier Nicolas Lapierre lorsque celui-ci a mis ses roues dans l’herbe en doublant un retardataire au 14e tour. Les deux TS030 Hybrid formaient un duo serré en tête au moment des premiers ravitaillements. Un pit-stop plus rapide a permis à la N°8 de prendre les commandes.

Les Audi N°1 et N°2 sont en bagarre entre elles pour le titre Pilotes 2013, pendant que les Toyota maintiennent leur rythme. Peu avant la mi-course, la TS030 Hybrid/Michelin N°8 a même pris un tour à l’Audi N°2 ! Après trois heures de course, les deux Toyota sont séparées par 20 secondes, l’Audi N°1 est à 45 secondes derrière.

La catégorie LMGTE Pro a été dominée jusque-là par l’Aston Martin N°97 partie en pole (Turner/Mücke). Les Ferrari AF Corse N°71 et N°51 ont tout fait pour rester au contact, mais la 2e place est actuellement détenue par l’Aston Martin N°99 depuis que Bruno Senna a doublé Kobayashi (N°71) tout juste avant la mi-course. Cette Ferrari boucle néanmoins des relais plus longs, ce qui pourrait lui procurer un avantage en fin de course. Les deux Porsche officielles ne semblent pas dans le coup.

En LMGTE AM, l’équipage danois de la N°95 (Nygaard/Poulsen/Thiim) est leader depuis le départ et compte une minute d’avance sur la Ferrari N°81.

En LMP2, l’Oreca-Nissan G-Drive N°26 (Rusinov/Martin/Conway) était très rapide jusqu’à une collision. La catégorie est menée par la Morgan-Nissan N°24 OAK Racing (Pla/Heinemeier-Hansson/Brundle) avec moins d’une seconde d’avance ! L’Oreca-Nissan N°49 est dans son box depuis le 30e tour (problèmes électriques).



via Liste des actualités du site lemanslive.com http://ift.tt/1gy0oQ3

Vidéo : le départ des 6 heures de Shanghai

via Liste des actualités du site lemanslive.com http://ift.tt/1fqFP53

Hybride en course et industrie du nucléaire…

Patrice, qui habite Paris, est commissaire technique, chargé de vérifier les véhicules, à l’Automobile Club de l’Ouest (ACO). Il est aussi responsable de la formation des commissaires aux spécificités des systèmes hybrides en course. Il est directement en relation avec les délégués techniques FIA et ACO.

Sa première expérience comme commissaire technique remonte à 1985 : il était observateur dans le stand Jaguar, puis sur les Porsche 956, chez Rondeau, etc… Dans la vie de tous les jours, Patrice est designer de groupes propulseurs nucléaires. Dans sa carrière, il a également travaillé dans l’industrie des microprocesseurs.

Une fois à la retraite, il a proposé ses services et son expertise à l’ACO qui lui a demandé d’intégrer une équipe de huit commissaires techniques pour le Championnat du monde d’Endurance FIA, spécialement chargés des systèmes hybrides et des mesures de sécurité idoines.

« J’ai évidemment accepté et activé mes réseaux au sein d’EDF pour recueillir des informations sur les mesures de sécurité en matière d’électricité. J’ai aussi contacté un ami qui travaillait de le milieu des moteurs hybrides de bateaux, l’eau étant un environnement hostile avec l’électrique par définition. »

Patrice insiste sur le fait que la course automobile n’est pas un milieu hostile. Au contraire, tout est très sécuritaire. « Ces systèmes sont développés pour la course automobile et tiennent compte des possibilités d’impacts violents. »

« En tant que source d’énergie, l’électricité est difficile à transporter et à acheminer. Les systèmes actuels sont des condensateurs (processus électrochimique) ou des volants à inertie (solution mécanique) par exemple. On parle là de 300/400 Volts, assez proche d’un voltage domestique en fait, et la sécurité est intégrée dès la conception de ces hybridations. Les systèmes de protection sont très efficaces du moment où ils sont basiquement compatibles, comme avec les carburants d’origine fossile par exemple »

En cas de problème, différentes lumières s’affichent en haut du prototype : rouge signifie « traiter avec précaution », vert signifie « tout est OK, la voiture peut être traitée comme tout véhicule de course ». Ceci étant, il est préférable de porter des gants synthétiques et non-conducteurs pour toucher la voiture. 

« Il y a plusieurs façons d’appréhender la sécurité et ça commence dès le process d’homologation. On travaille très étroitement avec les constructeurs pendant la conception des systèmes hybrides. Ca nécessite aussi une formation spéciale des personnes, comme les commissaires, qui seront amenées à être en contact avec les voitures. Tout cela est passionnant pour la course et l’industrie automobile, et l’ACO permet le développement des véhicules électriques et hybrides. Je trouve tout cela fascinant et c’est un privilège d’en faire partie. »



via Liste des actualités du site lemanslive.com http://ift.tt/1gxWoit

Vidéo : pole position des 6 heures de Shanghai

via Liste des actualités du site lemanslive.com http://ift.tt/HCG9BX

Qualifs LMGTE : Aston Martin domine

Les 14 LMGTE ont pris la piste à 16h00 heure locale sous le soleil (22°C). La première à quitter la pit-lane fut la Porsche 911 RSR N°91 de Jorg Bergmeister. Le pilote allemand a immédiatement signé 2min04s962 avant d’être battu dans la foulée par Bruno Senna sur l’Aston Martin N°99 (2min04s302)

Quand tout le monde avait bouclé ses deux tours rapides rapides pour le calcul des moyennes, le Brésilien occupait toujours le haut des classements et avait même amélioré (2min04s099). La moyenne de l’Aston Martin N°99 était donc de 2min04s200 quand Richie Stanaway a pris la suite.

La Néo-Zélandais a conservé l’avantage grâce à un tour très rapide, devant la Porsche N°92 alors pilotée par Marc Lieb. L’Aston Martin N°99 fut créditée d’une moyenne de 2min04s389 après quatre tours. Mais elle fut rappelée à son stand à six minutes de la fin, ce qui permit à l’Aston Martin N°97 de signer la pole pour 19/1000e de seconde ! Une tactique d’équipe…

« C’était la séance qualif la plus difficile de l’année », a commenté Turner. « On doit marquer le plus de points possibles ce week-end, alors la qualif était importante. Je suis satisfait pour tous les gars d’Aston Martin Racing et le patron semble content également. »

De son côté, Marc Lieb (Porsche N°92) est parvenu à conserver l’avantage sur la Ferrari N°71 de Toni Vilander, pour seulement 6/100e de seconde !

Marco Cioci avait placé la Ferrari N°61 en pole provisoire, mais Paolo Ruberti la lui a ravi après un second tour parfait sur la Porsche N°88. Et puis, l’Aston Martin N°95 (Nicki Thiim) a pris définitivement l’avantage malgré les tentatives de Matt Griffin sur la Ferrari AF Corse.



via Liste des actualités du site lemanslive.com http://ift.tt/17Rv6iw

Toyota en pole à Shanghai

Même si le soleil déclinait à l’horizon, les conditions étaient encore relativement claires quand les 14 LMP se sont alignées en bout de pit-lane, prêtes à entrer en piste dès le feu vert pour leur séance qualif. Tout le monde voulait profiter d’une luminosité maximum. Allan McNish fut le premier en piste sur l’Audi N°2, suivi par la Toyota N°7 de Wurz, l’Audi N°1 de Fassler et la Toyota N°8 de Sarrazin.

McNish fut le plus prompt en action en signant 1min48s601, immédiatement amélioré par Wurz (1min47s538) et Fassler (1min48s163). Wurz a conservé l’avantage sur son second tour avec 1min47s655, 0s422 plus rapide que Fassler. Les quatre prototypes hybrides se tenaient en moins d’une seconde.

Alors que ses rivaux tentaient de boucler un 3e tour rapide, Fassler a cédé le volant de l’Audi N°1 à son équipier Benoît Tréluyer qui entama son 1er tour chrono juste quand McNish, Wurz et Sarrazin entraient au stand pour être remplacés par Kristensen, Lapierre et Buemi.

A l’issue de ses deux tours rapides, Tréluyer a réussi à réduire l’écart avec la Toyota de tête à 0s217, alors que la Toyota N°8 (+0s881) et l’Audi N°2 (1s203) semblaient hors jeu pour la pole. Le pilote de l’Audi N°1 est alors repassé au stand avant de repartir pour tenter une dernière fois de ravir la pole à Toyota. Il restait quatre minutes dans la séance et le team allemand l’avertit qu’il y avait assez de temps pour deux tours supplémentaires. Et dans son tout dernier, alors que l’obscurité était tombée sur Shanghai, Tréluyer est revenu à 88/1000e de seconde de la Toyota N°7 ! Insuffisant…

Toyota pouvait fêter cette pole position : « On a démarré fort et puis ce fut très serré à la fin », reconnaissait Alex Wurz. « La course s’annonce difficile et la gestion des pneus sera importante. Notre objectif est de gagner. »

La pole LMP2 est revenue à l’Oreca-Nissan N°26 G-Drive de Rusinov/Martin/Conway avec près d’une seconde d’avance sur la Morgan-Nissan N°24 OAK Racing.



via Liste des actualités du site lemanslive.com http://ift.tt/1c4GsP2

Simple ou double relais à Shanghai ?

L’an passé en Chine, Toyota avait remporté une belle victoire, notamment grâce à un double relais avec les mêmes pneumatiques d’Alexander Wurz en seconde partie de course. Ce fut le seul double relais parmi les LMP1.

Cette année, les températures devraient avoisiner les 25°C samedi après-midi, ce qui vaut environ 30/35°C sur la piste. Des températures raisonnables qui permettraient des doubles relais.

Mais la météo n’est pas le seul paramètre à prendre en considération pour les stratégies de course. L’abrasivité du revêtement, le profil du tracé (longues courbes, rapides rapides, freinages, épingles, réaccélérations…) sont des paramètres essentiels. Et puis il y a aussi les styles de pilotage et le phénomène de pick-up (la gomme laissée sur la piste qui se colle sur les pneus…

Les teams doivent donc prendre tout cela en compte et optimiser les réglages des autos lors des essais libres. Les ingénieurs doivent s’assurer que les châssis travaillent en harmonie avec les pneus pour garantir performances et longévité sur toute la durée de la course.

Pour compliquer les choses, la première séance d’essais libres s’est déroulée dans des conditions plutôt fraîches (environ 15°C), sur une piste encore « verte ». Il a donc fallu extrapoler les datas, ce qui n’est pas toujours évident pour les ingénieurs et les techniciens Michelin.

Si le temps reste au beau, Toyota et Audi auront le choix entre deux types de pneumatiques : soft ou medium « haute température ». Ces deux produits peuvent balayer une large fenêtre de conditions. Le soft pourrait être privilégié en début et en fin de course, alors que le medium serait réservé au moment le plus chaud dans l’après-midi.

It remains to be seen, however, whether the top teams will run a single-stint strategy from start to finish, or whether they believe the time saved by completing two stints on the same tyres (less time spent in the pits) can give them a competitive advantage. The decision will also depend on how the fight for victory unfolds, but Michelin’s technicians are prepared for all scenarios…

Mais il faudra aussi surveiller les stratégies de simples ou doubles relais. Est-ce que le temps économisé au stand avec un double relais peut donner un avantage à la fin ? Tout dépendra aussi de la tournure que prendra la bagarre Audi/Toyota, mais les techniciens Michelin se sont préparés pour tous les scénarios…



via Liste des actualités du site lemanslive.com http://ift.tt/1bclBuW